Mémoire vive de Sarah Gensburger



Résultat de recherche d'images pour "mémoire vive livre bataclan"
Mémoire vive. Chroniques d’un quartier, Bataclan 2015-2016 de Sarah Gensburger est une étude sur les hommages rendus aux victimes des attentats de janvier et novembre 2015.
Sarah Gensburger est chercheuse au CNRS (Institut des Sciences sociales du Politique) et participe au projet REAT (Recherches sur les réactions aux attentats).
Pendant 19 mois, elle étudie les traces urbaines qui portent la mémoire des attentats dans le XIe arrondissement. Les fleurs, les objets, les bougies, les messages et les drapeaux sont au centre des chroniques. Habitante du quartier, elle relève les nouvelles conditions spatiales pour les « riverains des attentats ». Le trottoir du Bataclan longtemps inaccessible, la place de la République transformée en mémorial éphémère qui cohabite par moment difficilement avec les mobilisations sociales (manifestations et Nuit debout) et les revendications politiques. Ainsi, la place de la République est un espace à temps multiples, où chacun donne sens aux mobilisations et aux événements passés. Elle représente à la fois une action et une mémoire.Ce mémorial n'est pas officiel, à la différence de l'arbre du souvenir situé à l'extrémité ouest de la place. 
Des collectifs ont vu le jour comme les « Voisins de Charlie » ou « 17 plus jamais » en hommage aux 17 victimes de janvier 2015. Les membres de ce collectif protègent, mettent en scène et jettent les messages et objets laissés par les passants. A travers ces chroniques, l'auteur, qui est à la fois chercheuse et riveraine, observe les actions destinées à conserver les hommages : «17 plus jamais » qui a maintenant réinvesti l'arbre du souvenir, les services de la ville de Paris, les archives et enfin les réseaux sociaux. L'auteur pose une question essentielle concernant la conservation: comment trier? Pourquoi un message devrait-il être conservé plutôt qu'un autre? Qui est en mesure de décider ce qui doit être conservé et ce qui peut être jeté? Le caractère répétitif des attentats complique également le travail de collecte. 
Lors des journées du patrimoine 2016, une exposition hommage aux victimes a été organisée dans le XIXe arrondissement par les archives de Paris, marquant ainsi l'entrée de la mémoire des attentats de 2015 au musée. 
Enfin, Sarah Gensburger s'interroge sur les pratiques de «dark tourism», analyse la fréquentation de son quartier depuis les attentats (différence de témoignage selon le genre, fréquentation différente la semaine et le week-end, passage des touristes et des Parisiens) ainsi que les messages qui appellent à la tolérance. Elle remarque également que la lecture des messages dépend des facteurs spatiaux. 
Un ouvrage essentiel sur ces lieux où se sont déroulés les attentats et les nouvelles conditions spatiales des habitants qui ont vu leur quartier se transformer en un lieu de recueillement et d'hommage. Un mémorial éphémère et non officiel, témoignant à un moment précis des émotions des Français. 

Le livre se présente sous forme de chroniques illustrées de photographies. Seul bémol: la manipulation du livre, qui se présente sous forme de coffret, n'est pas toujours aisée.

Je remercie l'opération «Masse critique» Babelio et les éditions anamosa pour l'envoi de cet ouvrage. 

                                    Résultat de recherche d'images pour "masse critique babelio"

Commentaires

Articles les plus consultés